Travaillez vos points forts !

On aura toujours plus d’intérêt à continuer de renforcer nos points forts à l’entrainement, car on pourra toujours compter sur eux en situation difficile. Cela n’exclut pas de travailler ses points faibles afin de diminuer les risques d’erreur, mais les points forts restent le socle de la performance alors que nos points faibles même en constant progrès resteront notre tendon d’Achille dans les moments délicats.
Faire en sorte de ne pas avoir à se reposer sur ses points faibles en travaillant ses points forts pour ne pas se retrouver en situation d’échec. Les faiblesses ne sont pas, contrairement aux idées reçues, les meilleures zones de progrès.

Identifier ses points forts :

En confrontant nos aspirations, notre potentiel et nos performances, nous pouvons identifier nos points forts et se focaliser sur ce que nous savons faire plutôt que sur ce que nous ne savons pas faire. En général, nous avons développé nos points forts dès notre plus jeune âge, de manière innée. Ils font souvent partie intégrante de notre personnalité avec une redoutable efficacité dans le temps à condition de continuer à les travailler.

Renforcer son efficacité en se centrant sur ses points forts :

Quand nous alignons nos points forts et nos valeurs, nous nous offrons la possibilité de ne pas subir une situation, nous nous offrons une chance de renverser toute domination.
Comprendre ce qu’il ne faut pas faire est aussi important que de comprendre ce qu’il faut faire.
Concentrons nous sur ce que vous savons faire, et remettons sans cesse le métier sur l’ouvrage. Cela nous demandera beaucoup moins d’énergie que d’améliorer nos faibles compétences.

Agir en fonction de nos talents particuliers est la clé de la performance. Choisir sa zone d’excellence transforme des gens ordinaires, travailleurs compétents mais pas forcément brillants en champions.

Nous raisonnons trop souvent en terme d’écart entre ce que nous savons déjà faire et ce que nous devrions être capable de faire. Nos méthodes d’enseignement nous engagent dans une logique de correction. Or l’amélioration de la performance qu’elle soit scolaire, sportive ou professionnelle passe aussi par la confiance en soi. Dès lors comment prendre confiance en soi quand on appuie en permanence là où ça fait mal. Ne vaut-il pas mieux partir du « déjà là », de nos points forts qui nous permettent de nous adapter aux tâches auxquelles nous devons nous confrontés.
Par contre, comment progresser si on ne tient pas compte de ce qu’il y a à améliorer sous prétexte de conserver la confiance en soi ? Le sport est sans doute la meilleure école de remise en question où rien n’est jamais acquis.

Alors comment trouver l’équilibre entre ses forces et ses faiblesses ?

L’espace temps est certainement la réponse à cette notion d’équilibre entre ce que nous maîtrisons et ce que nous devons améliorer. Trouver les moments dans lesquels il est opportun de se focaliser sur l’amélioration des ses points forts et de ses points faibles, pendant la période hivernale pour le sportif. Les périodes de compétition seraient le moment de se consacrer à la répétition de ce qui est acquis et le renforcement de ce qui met en confiance. Si le « sur quoi » s’entraîner compte, le « à quel moment » est aussi déterminant longtemps avant aussi bien pour la phase de l’amélioration, que pour celui de la phase de confiance juste avant l’échéance.

Et vous ?
Quels sont vos points forts ?
A quel moment vous entrainez-vous pour progresser et à quel moment renforcez-vous votre confiance ?
Répondre à ces questions est déjà le premier pas vers la performance pour se rapprocher de sa zone d’excellence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RELATED POST

Pourquoi mon match n’a-t-il pas été bon ?

Et pourtant… Vous étiez bien préparez. Vous avez été sérieux et constant à l’entraînement.Votre condition physique est bonne. Votre hygiène…